Cérémonie du 14 juillet 2019

Ce 14 juillet à 11h00 a eu lieu la cérémonie de commémoration de notre fête nationale. Peu de villageois s’étaient déplacés puisque nous n’étions que douze, mais “les meilleurs étaient là” ! Le discours de notre maire Patrick DAHLEM est reproduit en bas de page.

Cliquer sur les miniatures pour voir les photos.

.

Bonjour à tous.

Je tiens à vous remercier de votre présence ce matin, en ce jour de notre fête nationale.

Il y a 230 ans le peuple de France prenait la prison de La Bastille. Seuls 7 prisonniers y étaient encore incarcérés en ce 14 Juillet 1789 :

  • MM. Béchade, Laroche, La Corrège et Pujade, qui étaient quatre petits escrocs enfermés en « préventive », car leur procès pour falsification de lettre de change était en cours d’instruction.
  • Le comte de Solages enfermé pour « acte de débauche » et « action monstrueuse » à la demande de sa famille, qui payait une pension pour être bien certain qu’on ne le relâche pas.
  • MM. Tavernier et De Whyte, deux déments, dont la légende raconte que l’un des deux se prenait pour César.

Cet événement allait toutefois constituer le symbole de la fin de la Monarchie Absolue, et entraîner l’avènement de la République, dont la devise tient comme chacun le sait en trois mots : « Liberté, Egalité, Fraternité ». On peut lire cette devise sur la façade de très nombreuses mairies, mais pas sur la nôtre !

Ce n’est que près d’une centaine d’années plus tard, sous la troisième république en 1880, que le 14 juillet est devenu le jour de notre fête nationale. C’est également à cette période, le 14 février 1879 pour être précis, que le chant de guerre révolutionnaire « la Marseillaise » est devenu notre hymne national.

Après ce petit rappel historique, je précise que la République n’est pas seulement une forme de gouvernement. C’est la volonté que les règles de vie en commun soient élaborées par ceux auxquelles elles s’appliquent, selon des règles démocratiques. La République c’est l’exigence de l’égalité, de la laïcité, et donc du respect des différences dans un cadre commun fait de valeurs, de lois et de principes éthiques.

Ces règles démocratiques ont comme fondement le droit de vote acquis souvent de haute lutte, et parfois remis en cause par le passé. A l’heure actuelle, il est peu probable que nous risquions à nouveau de perdre ce droit. Mais malheureusement, de nombreux français négligent de l’exercer. Ce n’est toutefois pas trop le cas dans notre village, qui est l’un de ceux qui votent le plus dans la Marne dans sa catégorie de population.

Nous avons tous, élus comme citoyens, un devoir de vigilance et de responsabilité pour défendre ce pacte républicain. Même si parfois la situation peut sembler difficile, nous ne devons jamais sombrer dans l’inquiétude et le pessimisme qui alimentent les extrêmes. Sachons nous mobiliser pour défendre notre fière et belle France. La cérémonie d’aujourd’hui nous rappelle que ce qui nous rassemble est beaucoup plus important que ce qui nous divise.

En ce 14 juillet, nous fêtons notre liberté et les droits acquis par le peuple, même si la révolution française n’a pas toujours été respectueuse de la devise de « Liberté, Egalité, et de Fraternité » que j’évoquais tout à l’heure. Nous pouvons avoir une pensée pour tous ceux qui par leur action, souvent au péril de leur vie, ont contribué à forger la France d’aujourd’hui.

Pour finir, je ne vais pas reprendre les informations que je viens de vous communiquer dans le dernier bulletin communal de juillet, et au sujet desquelles vous pourrez me poser tout à l’heure les questions que vous souhaitez. Je veux juste profiter de cette intervention pour vous confirmer que c’est bien la dernière fois que je suis devant vous pour notre fête nationale, puisque, comme je l’ai dit de longue date, je ne me représenterai pas pour un nouveau mandat en mars 2020. Cela même si je mets beaucoup d’énergie pour exercer ma fonction, et que j’y trouve toujours beaucoup d’intérêt. Je serai alors dans ma soixante-dixième année, et je pense qu’il sera temps pour moi de laisser la place aux plus jeunes, et de ne pas faire le mandat de trop.

Lors de notre prochaine réunion du 6 septembre, le conseil municipal fera le point sur ses membres qui souhaitent se représenter devant vos suffrages, aux prochaines élections. Je rappelle qu’il nous faudra onze conseillers, et qu’à l’heure actuelle, malheureusement, aucune femme n’est membre de notre conseil.

Voilà les quelques mots que je voulais prononcer devant vous ce matin. Je vous remercie de votre attention, et vous invite à partager le pot de l’amitié !

Patrick DAHLEM
Maire de Courcelles-Sapicourt

Les commentaires sont fermés.