↑ Revenir à – Manifestations 2015

Imprimer ce Page

– Cérémonie du 14 juillet 2015

(Voir le discours du maire en bas de page)

 

Discours du maire :

Tout d’abord, je souhaite le bonjour à tous ceux que je n’ai pas encore salué. Je tiens à vous remercier de votre présence ce matin, en ce jour de fête nationale.

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris prenait la prison de la Bastille. Cet événement allait amener la fin de la Monarchie Absolue, et l’avènement de la République dont la devise tient comme chacun le sait en trois mots : « Liberté, Egalité, Fraternité ». On peut lire cette devise sur la façade de très nombreuses mairies (Ne vous retournez pas, ils n’y sont pas sur la nôtre !)

Je vous rappelle que ce n’est que près d’une centaine d’années plus tard, sous la troisième république en 1880, que le 14 juillet est devenu le jour de notre fête nationale. C’est également à cette période, le 14 février 1879 pour être précis, que le chant de guerre révolutionnaire « la Marseillaise » est devenue notre hymne national.

En ce 14 juillet, nous fêtons notre liberté et les droits acquis par le peuple, même si la révolution française n’a pas toujours été respectueuse de la devise que j’évoquais tout à l’heure. Ayons toutefois une pensée pour tous ceux qui par leur action, et souvent au péril de leur vie, ont contribué à forger la France d’aujourd’hui depuis plus de deux siècles.

Je ne reviendrai pas sur la grande guerre, dont nous sommes en train de commémorer un peu partout dans la région le centenaire. Je l’évoquerai juste un peu après pour vous commenter ce que nous allons faire dans notre village pour commémorer la « Der des ders » en juin 2016. Je rappellerai simplement les 18 600 000 morts de ce conflit, dont près de la moitié étaient des civils, ainsi que les 1 400 000 morts des armées françaises, et leurs 4 300 000 blessés.

Je vais maintenant vous donner quelques informations au niveau de la commune et de la Communauté de Communes, en essayant de ne pas être trop long.

  • Dans notre dernier bulletin communal du mois de juin dernier, je vous ai informés des modifications qui étaient à venir concernant les vitesses autorisées pour la circulation dans le village. Les panneaux sont maintenant mis en place depuis quelques jours. La vitesse hors agglomération sur la RD228 entre les quartiers de Courcelles et de Sapicourt, a été portée à 70 km/h à la demande du Département, ce qui correspond à la réalité des vitesses qui y étaient constatées. La limite à l’intérieur des deux agglomérations est fixée par le code de la route à 50 km/h, sauf dans le quartier de l’AFU qui est passé en zone partagée avec une vitesse limitée à 20 km/h. Il reste à installer les panneaux d’avertissement 50 km/h avant les trois entrées du village, et à déplacer certains qui ont été mal implantés.
  • Dans notre bulletin communal, j’ai aussi évoqué la commémoration de la grande guerre 14/18, les 3, 4 et 5 juin 2016, dans les trois villages de Branscourt, Courcelles-Sapicourt et Rosnay. Je rappelle qu’une réunion d’information va être organisée à ce sujet le 24 septembre prochain à 20h00, dans notre salle communale. Ce week-end de commémoration sera l’occasion, comme lors de la Marche des Elus il y a deux ans, de resserrer les liens entre les habitants de notre commune, ainsi qu’avec ceux des villages de Branscourt et de Rosnay, en participant à un projet commun d’envergure.
  • D’autre part, lors de la cérémonie des vœux en janvier de cette année, j’avais déjà évoqué la future loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) en cours d’élaboration au parlement. Depuis, le Sénat a voté le 2 juin dernier un texte qui ramenait notamment le seuil de 5 000 habitants comme seuil bas pour les Communautés de Communes au lieu de 20 000, ce qui aurait permis à notre Communauté de Commune, d’un peu moins de 13 000 habitants, de ne pas être remise en cause. Mais, la commission mixte paritaire composée de sénateurs et de députés vient de porter ce seuil à 15 000 habitants. Après demain, le 16, l’Assemblée Nationale va se pencher à nouveau sur cette loi, et sauf grande surprise, le seuil de 15 000 sera adopté. Notre Communauté de Communes Champagne-Vesle devra donc très vraisemblablement s’associer, soit à Reims-Métropole, soit à une autre communauté de Communes limitrophe. Nous devrions être fixés sur ce point dans les mois qui viennent. Pour l’instant, rien n’est encore définitif. La loi NOTRe fait beaucoup réagir certains maires de petites communes qui ont peur de voir leurs prérogatives diminuer. Ce qui est certain, c’est que jusqu’à présent le législateur a toujours ajouté des strates dans l’organisation territoriale, les régions et les communautés de communes s’étant ajoutées en son temps aux communes et aux départements. En 1790, les départements avaient été créés de manière à ce qu’on puisse se rendre à leur chef-lieu en moins d’une journée de cheval. Maintenant, on peut se rendre à Strasbourg depuis Reims en moins d’une demi-journée. A l’époque, on ne disposait pas du téléphone, d’internet, du TGV, de l’avion, etc … Est-il toujours nécessaire d’avoir près de 36 600 communes pour bien vivre en France, alors que l’école, l’eau, l’électricité et autres sont très souvent gérés par des Syndicats intercommunaux ou par les communautés de communes. Actuellement, ¼ de ces communes métropolitaines comprennent moins de 200 habitants, et plus de la moitié moins de 500 habitants. Avant 1891, Courcelles et Sapicourt étaient deux villages indépendants ? Vit-on moins bien à Courcelles-Sapicourt depuis leur fusion ?

Voilà les quelques mots et interrogations que je voulais exprimer devant vous ce matin. Je vous remercie de votre attention, et vous invite à partager le pot de l’amitié !

Patrick DAHLEM
Maire de Courcelles-Sapicourt

Lien Permanent pour cet article : https://www.courcelles-sapicourt.fr/espace-reserve-aux-habitants-de-la-commune/photos-2010-a-2014/manifestations-2015/ceremonie-du-14-juillet-2015/